Atelier Simon Morville

‚Äč

Kasbah Chti
Maison Spiesser

La maison s’implante sur un terrain étiré, issu du redécoupage d’une friche, dans une petite ville à proximité de Lille. L’accès principal à la parcelle se fait depuis la rue des Ecoles au Nord, dont la voirie est soumise à une grande fréquentation.

La famille, ne voulant pas subir les flux scolaires, a formulé le besoin de se protéger vis à vis du domaine public. De plus, les parcelles voisines étant réservées à la construction de pavillons de promoteurs, il convenait de trouver une implantation qui permette de ne pas subir la proximité des logements voisins, tout en minimisant les nuisances de la rue.

Dans ce contexte, la conception a privilégié une approche paysagère qui fusionne les espaces intérieurs domestiques avec le jardin, au sein d’un enclos protecteur. Composée de trois volumes distincts de hauteurs différentes, la maison s’implante directement en bordure de terrain côté rue, isolée par un mur ne présentant aucune fenêtre. Les façades fusionnent avec le mur d’enceinte, formant une volumétrie massive accentuée par l’usage systématique de la brique rouge locale. Aucun regard ne peut pénétrer dans la maison. Ensuite, à l’intérieur de l’enceinte, un jeu de décalage s’opère entre les trois volumes. Il ordonne jardins et pièces dans une même trame. Cette composition brouille les limites intérieures/extérieures, pièces et jardins étant de dimensions similaires, tout en étant reliés par un jeu de vues linéaires et obliques.

Au Sud, la maison s’ouvre sur un vaste jardin. Les décalages opérés ont permis de multiplier les ouvertures au Sud. Une loggia fait la transition entre le jardin et le séjour, protégeant du soleil estival. L’intérieur de la maison est organisé en strates. Au RDC, les pièces intérieures communiquent directement l’une avec l’autre, en continuité des jardins extérieurs, abolissant toute hiérarchie. L’espace est fluide, continu. Seul l’escalier faisant office de noyau vient structurer la circulation en un mouvement circulaire.

Le territoire parental et des invités est aménagé en R+1, tandis que les enfants bénéficient du dernier étage. Chaque pièce gravite autour de l’escalier, accentuant le mouvement circulaire qui est accompagné par des percées visuelles. Les fenêtres viennent ainsi composer chaque façade de manière faussement aléatoire.

Malgré son apparence, la kasbah chti est une construction à ossature bois aux propriétés thermiques excellentes.

Le double mur brique/ossature bois constitue un complexe isolant idéal, couplé à un système de chauffage au sol.

Date : livraison 2012

Type de projet : maison individuelle

Client : privé

Situation : Cysoing, 59830

Surface du terrain : 800m2

Surface d’implantation : 112m2

Surface totale : 212m2

Equipe : Simon Morville, architecte

              Dewaele, ossature bois